janvier 2018 - Double Ta Valeur

Archives mensuelles : janvier 2018

As-tu déjà menti sur ton CV?

Tu ne serais pas le seul ! De plus en plus de chercheurs d’emploi modifieraient leur CV pour impressionner les recruteurs. On te donne des explications en s’appuyant sur un sondage de la firme Office Team.

Le phénomène n’est pas nouveau. Mais, on se rend compte qu’il devient plus populaire depuis les 7 dernières années. En 2011, OfficeTeam avait demandé à des travailleurs s’ils connaissaient quelqu’un qui avait déjà menti sur son CV; 21 % avaient répondu que oui. La firme de recrutement a refait le même sondage en 2017, pour découvrir que maintenant 46 % des travailleurs connaissaient une personne qui avait menti sur son CV… Une augmentation de 25 %!

Le journaliste Jacob Passy du Market Watch a voulu comprendre le phénomène. Un recruteur lui a répondu que les travailleurs mentaient « par découragement ». Un autre a expliqué le phénomène par l’attrait de mieux ressortir dans les moteurs de recherche:

« Si une personne a un titre d’emploi compliqué, elle peut être tentée d’utiliser des termes plus simples dans le but d’optimiser la recherche de mots clés. Mais, si elle fait cela, elle doit être transparente et en discuter à l’entrevue », a dit Dana Leavy-Detrick, fondateur du Brooklyn Resume Studio.

Tu te demandes quelles exagérations se retrouvent sur les CV en général ?

  • 76 % auraient menti sur leur expérience de travail;
  • 55 % sur leurs tâches réelles;
  • 33 % sur leur formation;
  • 26 % sur leurs dates d’embauche.

Et toi, sur quoi as-tu menti ?

Si tu manipules ton CV de la sorte, tu joues avec le feu te prévient Brandi Britton, responsable régionale chez OfficeTeam:

« Ça peut être tentant d’étirer la vérité sur son CV pour se démarquer, mais même les plus petits détails qui faussent la représentation d’un candidat peuvent le disqualifier pour un poste. »

Le sondage prouve d’ailleurs que les recruteurs se méfient déjà des « menteurs ». En moyenne, ils croient avoir affaire à des fausses informations ou des omissions 53 % du temps.

S’ils se rendent compte que ton CV est inexact, ils ne se gêneront pas pour agir: 38 % des recruteurs avouent avoir déjà mis de côté un candidat pour cause de CV trafiqué.

Peu de raisons de mentir

Que ça te plaise ou non, tu as le devoir éthique de fournir un CV conforme à la réalité. Il en va de ta réputation, après tout. Mais, il y a plus.

En mentant sur ton CV, même si tu es talentueux, tu te tires dans le pied.

Le site de recherche d’emploi spécialisé en communication et marketing Isarta en parlait l’été dernier: une étude a démontré qu’un candidat de qualité qui avoue ses défauts et ses points faibles en entrevue a 5 fois plus de chances d’être engagé qu’une personne aussi compétente, mais qui embellit son image et ne prend pas la critique.

Vive la transparence!

 

2

5 applications pour optimiser le travail collaboratif et la gestion de projets

Imagine le scénario: tu as travaillé toute la semaine sur un document et tu es particulièrement fier du résultat (tu y as vraiment mis ton 200 %!).

Au moment de présenter le fruit de ton travail à ton patron, il pète carrément ta bulle en t’apprenant qu’un autre employé a déjà accompli la tâche et remis sa version du document la veille. Après t’avoir fixé en silence pendant un bon 15 secondes en arborant un air à mi-chemin entre l’incompréhension et la consternation, il te renvoie à ton bureau.

Gêne, déception, découragement, colère… Tu passes par toutes ces émotions en te rendant au bureau du collègue en question pour lui demander pour quelle raison il a cru bon faire ton travail à ta place!

“Quoi, tu n’as pas vu?” te répondit-il. “J’ai laissé un post-it sur ton bureau vendredi passé pour t’avertir que tu changeais de dossier et que je prenais le relais!”

Il va sans dire que tu n’avais définitivement pas vu le post-it, qui n’est pas resté à la vue sur ton bureau bien longtemps puisqu’un autre collègue est passé déposer une pile de documents par-dessus lundi matin.

Tu retournes à ton bureau en rageant intérieurement. “Non mais, y’as tu moyen qu’on accorde nos violons franchement! Pas moyen de faire un pas en avant sans en faire deux en arrière dans ce mautadit bureau...” te dis-tu à toi-même.   

...

Tu vois où je veux en venir?

Ces scénarios, où les tâches se font en double ou, au contraire “tombent entre les craques du divan” et ne sont pas attribuées, où les échéanciers ne sont pas respectés et où chacun écoute les consignes dans l’ignorance totale du plan de travail global, hé bien ces scénarios sont condamnés à se produire et à se répéter dans les milieux où les tâches ne sont pas adéquatement planifiées et où le travail est mal encadré.   

C’est irréaliste de s’attendre à atteindre un rendement optimal et bien coordonné dans une équipe où il n’y a aucun outil efficace mis en place pour la planification, la communication et le suivi du travail.

La bonne nouvelle est qu’il existe une façon très simple de régler ce cauchemar de bureau et travailler plus intelligemment: utiliser les outils les plus performants qui correspondent le mieux au besoin de l'équipe.

On a la chance incroyable d’avoir accès gratuitement (ou à des prix très abordables) à une multitude de logiciels et d’applications qui ont été conçus pour nous faciliter la vie et nous aider à être plus productifs, tant dans notre travail individuel que dans les projets collaboratifs.

L’importance d’utiliser les bons outils est un sujet abordé dans le livre Double ta valeur: accomplis plus, travaille moins et nous allons donc présenter quelques-unes de ces applications plus en détail dans cet article.

Que ce soit pour la communication, la gestion des tâches, l’organisation du travail ou le travail collaboratif, ces outils sont des solutions polyvalentes convenant tant aux travailleurs autonomes qu’aux petites, moyennes et plus grosses entreprises.


Asana

Asana est sans doute l'une des applications de collaboration les plus populaires et ce n'est pas un hasard. Il s'agit d'un outil incroyablement polyvalent qui convient à la majorité des équipes, petites ou grandes.

C’est une application particulièrement efficace pour la gestion et le suivi des tâches d’une équipe de travail.  

Par contre, il ne s’agit pas tout à fait d’un outil de gestion de projet puisque plusieurs fonctions incontournables sont absentes de la plateforme comme les diagrammes de Gantt ou encore le suivi du temps.

Toutefois, les intégrations disponibles font en sorte qu’on peut lier Asana à une impressionnante quantité d’applications tierces, comme Instagantt, Harvest, Time doctor, Zendesk, Evernote, Slack et plusieurs autres.

De plus, il s’agit de l’une des applications de ce genre offrant la version gratuite la plus complète; elle permet à jusqu'à 15 coéquipiers de créer des tâches et sous-tâches, des projets, des discussions et d'utiliser les intégrations de façon illimitée.

Bref, Asana est beaucoup plus qu’une simple application de listes de tâches, mais bien un outil de collaboration et de suivi du travail puissant et flexible qu’on peut facilement adapter selon nos besoins.

Disponible sur: Android, iOS, web-app, intégration Gmail et extension Chrome

Langues disponibles: français, anglais et allemand. 

Points forts 

  • Polyvalente et personnalisable
  • Très grand nombre d'intégrations disponibles pour lier Asana à nos autres applications
  • Très abordable 

Points faibles

  • Pas d'application de bureau (Windows ou Mac)
  • minus-circle
    On doit choisir entre la vue liste ou tableau pour chaque projet, pas de possibilité d'alterner

Forfaits disponibles

  • De base (Gratuit)
  • Premium (9,99$/membre/mois)
  • Entreprise (sur mesure) 

Todoist

ToDoist est d’abord et avant tout une application de gestion de listes de tâches, mais elle a la particularité de pouvoir être utilisée aussi bien par une personne seule que par une petite équipe de travail. Sa flexibilité et ses fonctionnalités font en sorte qu’on peut également la considérer comme un outil de collaboration efficace.

Elle est très intuitive, facile à utiliser et la version gratuite répond très bien aux besoins de base. Les versions premium et business offrent des options supplémentaires très intéressantes à un tarif avantageux.

L’une des caractéristiques les plus surprenantes de ToDoist est sa disponibilité sur plus de 10 plateformes, ce qui fait en sorte qu’on peut y accéder à peu près n’importe où et sur n’importe quel appareil.

Elle est compatible avec un grand nombre d’applications de productivité et peut être intégrée, entre autres, à PomoDoneApp, TimeCamp, Google Agenda, et Momentum  (voir toutes les intégrations) en plus d’être compatible avec Zapier, IFTTT et plusieurs autres applications d’automatisation. 

Mentionnons également que les développeurs de ToDoist ont lancé en 2017 une application de communication nommée Twist (semblable à Slack) qui facilite grandement les discussions d’équipe et permet d’ajouter des tâches sur ToDoist à partir des conversations.  

Disponible sur: Android (téléphone, tablette et Android Wear) iOS (iPhone, iPad et Apple Watch), Windows​​​​ 10, Windows 10 mobile, web-app, intégration Gmail, Outlook, Thunderbird et extension Chrome

Langues disponibles: anglais, français, chinois, espagnol, portugais, allemand, russe et dix autres langues.

Points forts 

  • Disponible sur un très grand nombre de plateformes
  • Possibilité d'attribuer des priorités aux tâches
  • Planification intuitive des tâches
  • Synchronisation bidirectionnelle et instantanée avec Google Agenda
  • Intuitif et facile d'utilisation
  • Très abordable 

Points faibles

  • La communication entre collaborateurs est limitée aux commentaires sur les tâches
  • Peu d'options pour le suivi du travail et la gestion de projets

Forfaits disponibles

  • De base (Gratuit)
  • Premium pour les particuliers (38,99$/année)
  • Business (38,99$/utilisateur/an)

Trello

Trello est une application qui est basée sur la création de tableaux utilisés dans la méthode kanban. Il s’agit d’une méthode de travail très visuelle qui offre une grande flexibilité.

L’application nous permet d’utiliser les tableaux autant pour planifier les tâches et en effectuer le suivi que faire un brainstorm et partager ses idées.

Trello a été optimisée pour faciliter la collaboration et est très simple à utiliser; il s’agit principalement de créer des listes contenant des cartes qu’on peut “glisser-déposer” dans une colonne ou encore d’une colonne à l’autre.

Elle est donc une application très performante pour utiliser la méthode kanban, mais n’offre pas vraiment d'options plus avancées pour la gestion de projets, le suivi du temps ou la discussion en équipe.

Toutefois, il est possible de lier Trello à d’autres applications de productivité selon nos besoins grâce aux intégrations.

Bref, Trello est à la fois une app très polyvalente et très restrictive qui peut convenir parfaitement à une équipe de travail et manquer cruellement d’options pour une autre. Le mieux est de l’essayer!

Disponible sur: Web app, Windows, Mac, Android, iOS

Langues disponibles: français, anglais, portugais, espagnol, allemand, italien et 15 autres langues.


Points forts

  • Plateforme conviviale et facile à utiliser 
  • Très visuelle 
  • Permet de nombreuses intégrations avec d'autres applications

Points faibles

  • Les discussions d'équipe sont limitées à des commentaires sur les "cartes"
  • Peu d'options de gestion de projets (pas de vue calendrier, de suivi du temps ou de diagramme de Gantt)

Forfaits disponibles

  • Gratuit (de base)
  • Business Class (9,99$/utilisateur/mois)
  • Enterprise (20,83$/utilisateur/mois)

Meistertask

MeisterTask est un outil de gestion de tâches et de collaboration utilisant la méthode Kanban.

Les différents forfaits proposés permettent d’utiliser la plupart des fonctions de l’application gratuitement et d’accéder à des options de gestion très intéressantes avec les versions payantes, comme des automatisations de workflow, des rapports/statistiques, la possibilité de faire un suivi du temps et de déterminer les rôles et permissions de l’équipe de travail.

Toutefois, ce qui rend MeisterTask véritablement unique, c’est la possibilité de la synchroniser avec MindMeister, une application de cartes mentales conçue par les mêmes développeurs. 

De cette façon, il est possible de combiner le mindmapping et les tableaux collaboratifs en créant et attribuant des tâches à même les points de la carte mentale.

MeisterTask propose également plusieurs autres intégrations avec quelques-unes des applications de productivité les plus populaires et est compatible avec Zapier et IFTTT.

Disponible sur: Android, iOS, Windows, Mac

Langues disponibles: français, anglais, allemand, espagnol, portugais et huit autres langues.


Points forts

  • Compatible avec MindMeister pour créer des tâches à partir de cartes mentales
  • Possibilité de faire un suivi du temps
  • plus-circle
    Plusieurs intégrations disponibles
  • plus-circle
    Interface simple et conviviale

Points faibles

  • Pas de vue calendrier disponible dans la version de base
  • Peu d'options de communication entre les membres de l'équipe

Forfaits disponibles

  • De base (gratuit) 
  • Pro (8,25$/utilisateur/mois)
  • Business (20,75$/utilisateur/mois)
  • check-circle
    Entreprise (sur mesure)

Wrike

Wrike est une app située à mi-chemin entre un logiciel de gestion de projet et une application collaborative de gestion de listes de tâches.

Il s’agit d’une solution adaptée pour répondre aux besoins de toutes les équipes de travail, petites et grandes.

Le tableau de bord est simple à opérer et n’est pas sans rappeler celui d’Asana dans la disposition des éléments. Toutefois, la version gratuite de Wrike est bien pâle en comparaison.  

Là où Wrike devient une application vraiment intéressante, c'est lorsqu’on utilise l'une des versions payantes. Elles donnent accès à des fonctionnalités très intéressantes, comme un calendrier, un diagramme de Gantt, des rapports et graphiques d'analyse de performance,  une fonctionnalité de relecture et d’approbation, le suivi des heures de travail, une extension Adobe Creative Cloud et le partage de jusqu’à 15GO de vidéos téléchargés par mois. Ces fonctionnalités sont disponibles à même la plateforme de Wrike, sans avoir à passer par la synchronisation d’applications tierces (comme c’est le cas avec Asana). La formation des employés pour l’utilisation de la plateforme est donc très simple et rapide.  

En somme, il s’agit d’un choix très intéressant pour les plus grandes équipes et les gestionnaires désirant effectuer un suivi du travail rigoureux et personnalisé.

Il ne s’agit pas de la plateforme la plus complète ou performante sur le marché, mais elle offre une solution robuste et polyvalente qu’on peut facilement adapter à nos besoins.

Disponible sur: Android, iOS, extension chrome, intégration Gmail et Outlook 

Langues disponibles: français, anglais, espagnol, allemand, italien et 6 autres langues.

Points forts

Points faibles

  • Version de base très restrictive (pas de vue calendrier, de sous-tâches ou de tableau de bord)
  • Moins intuitive que ses compétiteurs

Forfaits disponibles

  • De base (gratuit)
  • Professionnel (9,80$/utilisateur/mois)
  • Business (24,80$/utilisateur/mois)
  • Marketing (34,60$/utilisateur/mois)
  • Entreprise (sur mesure)

En résumé

Une mauvaise organisation dans la gestion des tâches et des projets peut mener à des résultats chaotiques qui sont catastrophiques pour notre productivité. 

Que l'on travaille seul ou en équipe, il est donc primordial d'utiliser les outils à notre disposition à leur plein potentiel. Heureusement pour nous, il existe désormais sur le marché une panoplie d'applications et de logiciels très performants pour nous permettre de gérer nos tâches efficacement et de faciliter la collaboration. Ces outils sont tous uniques et offrent différents avantages répondant aux différents besoins.

Il est donc très important de déterminer les besoins de l'équipe de travail avant d'arrêter son choix sur une application particulière. Puisque la majorité des applications offrent des versions gratuites ou des essais gratuits, il vaut mieux expérimenter un peu avant de prendre une décision. 

Asana, ToDoist, Trello, MeisterTask et Wrike sont cinq applications très performantes, flexibles, faciles à utiliser et abordables. Selon les forfaits choisis, elles peuvent répondre parfaitement à tous les besoins, que ce soit ceux d'un individu seul désirant mieux s'organiser, d'une petite équipe de travail ou d'un bureau regroupant des dizaines de collègues.       

Pour bien choisir l'application à utiliser et prendre une décision éclairée, commencez par vous poser les questions suivantes:

  • Combien de personnes utiliseront cette plateforme ?
  • Quel est le budget de l'entreprise pour un logiciel / une application de gestion du travail ?
  • Quelles sont les applications que nous utilisons présentement ? (suivi des heures, courriels, service à la clientèle, collaboration sur les documents, communication d'équipe, etc.)
  • Les applications présentées dans cet article proposent-elles des intégrations avec les applications que nous utilisons déjà?
  • Prévoyons-nous bientôt faire une mise à jour des applications utilisées présentement ou changer nos méthodes de travail?
  • Utilisons-nous présentement un service de sauvegarde sur le cloud? (Google Drive, Dropbox, OneDrive, etc.)

Si, à la lumière des réponses à ces questions, vous réalisez que vous avez besoin d'une plateforme différente, plus robuste ou offrant plus d'options que celles proposées dans cet article, je vous invite à jeter un coup d'oeil aux applications suivantes:


Adopter un mode de vie minimaliste

Nous vivons dans une société de consommation où l’accumulation de biens peut devenir problématique. En effet, un environnement encombré mène souvent à un esprit encombré.  Le minimalisme est un mode de vie qui peut nous permettre d’y voir plus clair et nous aider à prendre de meilleures décisions, autant dans notre vie personnelle que professionnelle. Si vous lisez cet article, il y a fort à parier que le sujet du minimalisme vous intéresse. Tant mieux, car c’est ce dont nous allons parler dans les lignes qui suivent. Plus particulièrement, nous verrons comment adopter un mode de vie minimaliste et quels en sont les bénéfices.

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je m’appelle Julien, je suis passionné par le développement personnel et j’aime remettre en question notre mode de vie. Le minimalisme est un sujet que j’affectionne pour plusieurs raisons. Si vous vous questionnez sur ce surplus matériel autour de vous ou que vous souhaitez tendre vers une vie plus simple et plus sereine, cet article est fait pour vous.

Qu’est-ce que le minimalisme ?

Tout d’abord, avant d’aborder les raisons qui font qu’adopter un mode de vie minimaliste est bénéfique et allège l’esprit, je vais rappeler ce qu’on entend par le terme minimalisme.

La simplicité volontaire

Le minimalisme comme mode de vie est aussi appelé simplicité volontaire. Ce terme signifie tout simplement “vivre mieux avec moins” et cela fait directement allusion à la consommation et ses impacts divers. Si ce sujet est en vogue ces temps-ci, ce mouvement est très ancien. En effet, Épicure, le philosophe grec en faisait déjà les louanges. Il nous invitait à discerner le superflu de l’essentiel. Par ailleurs, en occident, des mouvements monastiques chrétiens, sous l’influence de Saint François d’Assise notamment, prônaient une vie simple. De ce fait, l’autosuffisance y était pratiquée. En orient, on retrouve le minimalisme ou la simplicité volontaire dans le bouddhisme et l’hindouisme et la vie de Gandhi est un exemple de simplicité.

Le mode de vie minimaliste aujourd’hui

Le minimalisme ne date pas d’aujourd’hui, ni d’hier. En revanche, en ce moment nous en entendons beaucoup parler et c’est une tendance qui a le vent en poupe. En effet, hier à peine, lors d’un dîner entre amis, le sujet a été abordé. Mon ami disait se détacher de plus en plus des biens matériels. En fait, le minimalisme aujourd’hui en occident est une réaction normale pour rééquilibrer une société trop portée sur le matériel. En d’autres termes, après avoir connu l’abondance matérielle et ses dérives, les générations actuelles réagissent de manière opposée. Pour ainsi dire, dans une société où la consommation est encouragée en permanence et dont les effets sont néfastes sur bien des points, adopter un mode de vie minimaliste est un acte de rébellion. De ce fait, cette façon de vivre nous invite à repenser notre manière de consommer, et donc également de produire.

Le minimalisme et l’art

Qu’il s’agisse de musique, de peinture ou d’architecture, l’art minimaliste met en jeux des matières et effets simples et épurés. Si l’art aborde le minimalisme, cela n’est pas anodin selon moi. L’art a toujours existé et répond à un besoin de création pour l’homme. De plus, les hommes contemplent et apprécient les œuvres d’art et cela se fait de différentes manières selon l’art en question. En effet, cette appréciation de l’art passe par l’un ou plusieurs de nos 5 sens. Pour faire simple, c’est par le biais de nos sens que nous communiquons avec notre subconscient.

Ainsi, plus vous voyez l’encombrement et plus votre esprit sera encombré. L’art minimaliste apporte souvent un caractère léger, simple et agréable à l’esprit. Ainsi, c’est selon moi un signe pour orienter notre appréciation de ce qui est trop ou pas assez. Adopter un mode de vie minimaliste est un choix et cela demande un dosage et une intelligence certaine pour discerner le vrai du faux, le superficiel de l’essentiel.

Pourquoi adopter un mode de vie minimaliste ?

Je tends moi-même vers un mode de vie minimaliste, ainsi je vais vous partager certaines raisons qui me paraissent pertinentes.

Le minimalisme est un acte de rébellion

Comme les enfants, j’aime me questionner et la question “Pourquoi” est une excellente question pour démarrer une réflexion. Adopter un mode de vie minimaliste, de nos jours, ne se fait pas par hasard. En effet, c’est le fruit d’une réflexion. Pourquoi accumulons-nous des biens matériels ? J’ai réfléchi sur le sujet et j’y ai trouvé des explications. Bien entendu, il peut y en avoir d’autres. Voici selon moi, les 2 principales raisons pour lesquelles nous accumulons des biens de consommation de manière excessive :

  • La peur de manquer

    Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs manquaient de tout et expérimentaient la survie au quotidien. La peur de manquer régnait, car on ne savait pas de quoi demain sera fait. Des milliers d’années après, bien que notre mode de vie ait beaucoup changé, notre ADN a très peu évolué. La génétique ne détermine pas seulement votre physique, mais aussi certains comportements. La peur de manquer peut expliquer le fait de faire des réserves ou de garder des objets que nous n’utilisons pas “au cas où” ils serviraient un jour…

  • Le conditionnement

    La société de consommation souhaite que vous achetiez et que vous consommiez. C’est son moteur. Ainsi, il faut conditionner l’humain et créer en lui des besoins afin de le pousser à acheter. Notre cerveau reçoit des dizaines et des centaines de messages publicitaires chaque jour. En effet, le but d’une publicité et de susciter le besoin chez un individu. De ce fait, des besoins sont créés en nous de manière régulière et nous ne sommes jamais satisfaits. Voilà pourquoi adopter un mode de vie minimaliste s’apparente à un acte de rébellion.

Une fois que j’ai compris comment le cerveau humain fonctionnait d’une part, et comment la société de consommation nous conditionnait d’autre part, le choix d’un mode de vie minimaliste est apparu comme une solution à ce non-sens. Du moins, comme une option à expérimenter.

Le minimaliste permet de simplifier son intérieur

Simplifier son intérieur est à double sens. En effet, je parle aussi bien de son habitat que de son esprit. D’ailleurs, simplifier son habitat permet de simplifier son esprit également. De ce fait, si vous adoptez un mode de vie minimaliste, vous simplifierez votre intérieur, dans les deux sens du terme. Les bénéfices que vous pourrez en tirer sont variés. Tout d’abord, une sensation agréable de légèreté régnera dans votre maison, mais aussi dans votre esprit. Pensez à l’art minimaliste et la décoration minimaliste. Pensez à une maison surchargée ou des affaires y sont accumulées depuis des années. Laquelle de ces visions vous inspire le plus la sérénité ? Adopter un mode de vie minimaliste vous permet ainsi d’y voir plus clair dans votre vie et de prendre de meilleures décisions. Par ailleurs, vous reprenez contrôle sur le temps en ayant une meilleure appréciation de celui-ci.

Le mode de vie minimaliste est économique

Également, un autre avantage que j’ai trouvé au mode de vie minimaliste est qu’il est économique. En effet, bien gérer ses finances est important. Nous travaillons et devons subvenir à nos besoins et à ceux de nos proches. De ce fait, l’argent joue un rôle important dans nos vies. Lorsque vous dépensez de l’argent inutilement, ce sont des heures de travail que vous dépensez. Ainsi, une fois que ces dépenses ne vous rendent plus heureux, dépenser inutilement dans des biens de consommation revient à dépenser son temps. Plutôt que d’accumuler des biens, n’est-il pas mieux d’accumuler les expériences et les bons moments ? Personnellement, en consommant moins ma qualité de vie n’a pas diminué. Au contraire, j’ai plus d’argent et je peux le dépenser dans des choses qui m’importent réellement.

Le mode de vie minimaliste est écologique

Si, comme moi, vous êtes un minimum soucieux de l’environnement, le mode de vie minimaliste devrait vous plaire. En effet, dans un mode de vie où la consommation est sans limites, cela signifie qu’il faut également produire à outrance. Les déchets et la consommation énergétique qui en découlent ont de graves conséquences sur l’environnement. Adopter un mode de vie minimaliste permet de sortir de cette logique linéaire où productivisme et consumérisme se côtoient. De ce fait, le minimalisme tend davantage vers l’économie collaborative, le partage, ou encore l’autosuffisance.

Le mode de vie minimaliste vous rend plus libre

À force de posséder des biens matériels, ceux-ci finissent par nous posséder. Pour certaines personnes, le simple fait de déménager leur paraît impossible tant cela représente un travail énorme d’un point de vue matériel. En fait, moins vous avez, plus vous êtes libre. En revanche, plus vous possédez, plus vous avez l’impression d’être en sécurité. Vous savez, cette opposition liberté et sécurité? Dans notre cas, la sécurité n’est souvent qu’une impression. En d’autres termes, une fois que vous avez l’essentiel pour vivre, votre sécurité est assurée. Ce sont nos vieux réflexes (cf. peur de manquer) qui nous trompent dans notre réflexion.
Par ailleurs, lorsque je voyage, je prends le strict minimum. J’aime prendre l’avion avec un simple sac à dos et pas de bagage en soute. Ainsi, je peux vous assurer que je me sens libre et que je ne manque de rien pour autant. Adopter un mode de vie minimaliste accroît cette sensation de liberté.

Comment vivre plus simplement?

Si vous souhaitez adopter un mode de vie minimaliste, voici quelques recommandations que je peux vous donner. Je me base sur mon expérience et les différents contenus que j’ai pu consommer sur le sujet. Ainsi, voici quelques pistes génériques à explorer pour simplifier votre mode de vie:

  1. Réfléchissez à vos besoins réels
  2. Réfléchissez aux besoins créés artificiellement par un quelconque conditionnement
  3. Faites le tri chez vous
  4. Favorisez la location ou l’emprunt plutôt que l’achat
  5. Essayez de faire sans (peu de choses sont réellement indispensables)
  6. Privilégiez la qualité à la quantité (l’usage comme la satisfaction durent plus longtemps)
  7. Quand un objet entre chez vous, faites en sortir un autre
  8. Privilégiez les expériences aux biens matériels
  9. Réduisez vos dépenses matérielles inutiles (je n’achète plus de vêtements)
  10. Refaites le tri chez vous 🙂

Pour aller plus loin, vous pouvez également adopter la même démarche :

  • Dans vos outils numériques et espaces de stockage (ordinateurs, smartphones, cloud, boîte mails…)
  • Au sein de vos relations et de vos fréquentations (mieux la qualité que la quantité, là encore)
  • Dans vos tâches (focalisez-vous sur l’essentiel pour être plus productif

Ces pistes vous aideront à tendre vers un mode de vie minimaliste et à simplifier votre vie. Chacun doit trouver l’équilibre qui lui correspond et c’est un travail sur soi qu’il convient de faire.

Pour finir

Ainsi, le minimalisme s’immisce peu à peu dans nos modes de vie. Vous avez dorénavant quelques éléments pour avancer dans votre démarche personnelle. De ce fait, adopter un mode de vie plus simple vous permettra de mieux discerner ce qui est important et ce qui ne l’est pas. De même, vous gagnerez en liberté et en légèreté en orientant vos pensées et votre énergie vers l’essentiel. Gérer ses priorités et son temps dans la vie est important, le minimalisme peut y contribuer.

En espérant que cet article vous a plu, je vous dis à bientôt.

 

4

6 façons de cultiver sa confiance en soi pour atteindre son plein potentiel

On connait tous une personne qui semble avoir pleinement confiance en elle, qui saute à pieds joints dans les nouveaux défis avec la conviction qu’elle a la capacité de les relever avec succès. On a l’impression qu’elle entre toujours dans une pièce au ralenti, en arborant la posture d’un titan invincible prêt à dominer le monde et son assurance magnétique suffit à rallier les troupes derrière elle.

Si tu es cette personne, tant mieux, je t’envie un peu! Mais en réalité, très peu de gens ont pleinement confiance en eux en toutes circonstances. Même ceux qui semblent tout à fait confiants sont parfois hantés par la peur de ne pas être à la hauteur.

La confiance en soi, même une fois acquise, n’est pas inébranlable.

Tant de facteurs peuvent l’éroder: des commentaires négatifs sur notre travail, des refus ou échecs, des plaintes de clients insatisfaits, une proposition rejetée… Une simple petite fausse note suffit à grandement affaiblir notre assurance.

Il va sans dire qu’un manque de confiance en soi est gravement dommageable à la productivité et l’avancement professionnel.

Dès le moment où l’on commence à douter de soi-même, on risque d’être entraîné vers une spirale de remises en question qui nous paralyse et nous emprisonne dans l’inaction.

Cela nous empêche de prendre des initiatives, de faire valoir nos idées et nous pousse à tuer nos projets dans l’oeuf de peur de ne pas être à la hauteur pour les réaliser. Ce faisant, on ne peut jamais atteindre notre plein potentiel et on passe inévitablement à côté de nos meilleures performances.

Entretenir sa confiance en soi

Puisque la confiance en soi n’est jamais inébranlable, l’acquérir n’est pas suffisant; il faut également l’entretenir.

Voilà donc six façons de la développer, soit ajuster sa façon de voir le succès et l’échec, demeurer bien informé et au fait de l’actualité dans son domaine, tenir un journal de succès, apprendre à ignorer certaines opinions, adopter de nouveaux comportements et morceler nos tâches pour les rendre moins intimidantes.

1-Voir les deux côtés de la médaille

Le manque de confiance en soi est souvent une conséquence de notre peur de l’échec. Risquer d’échouer et de perdre la face, de décevoir ou d’être jugé est souvent suffisant pour nous faire remettre en question nos compétences et justifier notre inaction.

Alors, la première chose qu’on peut faire pour gagner davantage de confiance est de s’attaquer à la source du problème en affrontant nos peurs et en changeant notre façon de voir.

Un échec est généralement vu comme quelque chose d’exclusivement négatif, mais il faut réaliser qu’il y a un envers à chaque médaille. Ce n’est pas seulement la “fin” de quelque chose, mais aussi le début d’une autre. Chaque échec nous apporte des connaissances et des informations précieuses qu’on doit intégrer à nos projets futurs pour atteindre plus facilement le succès.

Savoir ce qui ne fonctionne pas est tout aussi important que savoir ce qui fonctionne.

2-Faire ses devoirs

L’un des pires ennemis de la confiance en soi est l’ignorance. Se faire prendre au dépourvu parce qu’on connait mal les bases ou l’actualité de son domaine, parce qu’on ne sait pas trop “de quoi on parle”, peut rapidement devenir humiliant et nous faire douter de la pertinence de nos acquis.

Le marché et la société évoluent rapidement et nos connaissances deviennent vite désuètes. C’est donc primordial de ne jamais cesser d’apprendre et d’être à jour dans notre savoir et nos compétences.

Vois ton cheminement au travail comme un combat. Quand on est préparé, bien entraîné et qu’on a les bonnes armes, on entre au combat confiant. Autrement dit, n’emporte pas un couteau dans une bataille à l’arme à feu!

Quand on connait son domaine comme le fond de sa poche, on se sent prêt à toute éventualité et on a plus de facilité à visualiser le chemin qui mène au succès. Les projets de grande ampleur ne sont plus aussi intimidants et on a davantage confiance en soi.

Dans cette optique, l’une des meilleures habitudes à développer est de fréquemment faire du renforcement.

Que ce soit chaque jour ou chaque semaine, on peut par exemple: prendre l’habitude d’écouter des épisodes de podcast, lire un livre ou écouter un audiobook, visionner une vidéo ou un tutoriel sur YouTube, assister à des webinaires et des conférences, suivre un cours en ligne, échanger sur des forums de discussions et d’autres communautés en ligne, etc.

3-Conserver un journal de succès

En général, on a tendance à accorder inconsciemment une plus grande importance à ce qu’on vit de négatif plutôt qu’au positif. On se laisse affecter davantage par nos échecs que nos succès, ce qui influence notre confiance en soi de façon disproportionnée.

Dans les moments de doute et de remise en question, quand tout ne se passe pas comme prévu, il est important de ne pas perdre confiance en nos capacités et de se remémorer nos accomplissements passés.

Pour ce faire, je te propose de conserver un journal de réussites. Il peut être un simple carnet de notes en papier ou un fichier que tu conserves à portée de main sur l’ordinateur. Chaque fois que tu accomplis quelque chose qui te rend fier, que tu as un commentaire positif sur ton travail ou que tu réussis à te démarquer, consigne ce succès dans ton journal.

Dans les moments où tu doutes de toi-même, n’attends pas que ton entourage vienne te rassurer pour reprendre confiance et te convaincre que tu n’es pas un imposteur. Jette plutôt un coup d’oeil à ton journal et garde en tête que, comme tout le monde, tu as des faiblesses à travailler, mais que cela n’enlève absolument rien à tes forces.

Voir aussi: Peur d’être démasqué? Voilà comment vaincre le syndrome de l’imposteur

Tenir un journal de succès peut également être un avantage dans d’autres circonstances, par exemple au moment de négocier une augmentation de salaire ou de nouvelles responsabilités. Consigner tes bons coups et la valeur qu’ils ont générée est une façon efficace d’avoir des arguments concrets à mettre de l’avant pour se faire valoir.

4-Prendre les opinions avec un grain de sel

Les humains sont de drôles de créatures contradictoires qui adorent la nouveauté, mais détestent le changement. Même si, à terme, on finit par apprécier les bénéfices d’une nouvelle solution, on est prêt à tout pour protéger nos vieilles habitudes familières et confortables.

Il ne faut donc pas s’étonner de devoir faire face à de l’opposition chaque fois qu’on propose une idée novatrice.

Si tu as un éclair de génie et un plan que tu partages avec ton entourage, il faut t’attendre immanquablement à ce que quelqu’un essaie de “péter ta bulle”. C’est tout à fait normal et il ne faut pas laisser les gens rébarbatifs au changement freiner tes ambitions et te remettre en question.

Sois honnête avec toi-même. Est-ce que ton idée a réellement le potentiel d’apporter de la valeur et des bénéfices?

Fais tes recherches, valide ton hypothèse, trouve la façon la plus simple et rentable d’atteindre ton objectif et si tu crois vraiment que ton idée en vaut la peine, fais ce qu’il faut pour le démontrer.

Qu’il s’agisse d’implanter une nouvelle procédure au travail ou de proposer un projet intrapreneurial, personne n’est mieux placé que toi pour faire valoir tes idées. Essaie de t’entourer de gens ambitieux et optimistes qui veulent t’aider à développer ton potentiel et ignore ceux qui ont des arguments aussi faibles que “ce n’est juste pas une bonne idée”.

Malheureusement, cela inclut aussi la famille et les amis. Même si on les aime beaucoup, il faut apprendre à séparer sentiments et ambitions professionnelles et ne pas accorder une importance démesurée à leur opinion.

Bref, ne laisse pas les avis négatifs influencer ta confiance en toi, en tes compétences et en tes idées. C’est aussi valide pour toi-même et tes propres pensées. Si tu as tendance à te dire “je ne suis pas assez “ceci” pour atteindre mon objectif ” ou “je suis trop “cela” pour réussir”, sache que ces pensées négatives ont le pouvoir de convaincre ton subconscient que c’est réellement le cas, même s’il n’en est rien. C’est ce qui donne lieu aux croyances limitantes et tu veux les éviter à tout prix!

Voir aussi: 5 étapes pour se libérer de ses croyances limitantes

5-Manipule ton subconscient

Notre confiance en soi (ce qu’on a la conviction d’avoir la capacité de faire) est grandement influencée par notre estime de soi (l’opinion favorable qu’on a de soi-même, les qualités et aptitudes qu’on croit posséder).

Donc, ce qu’on croit être va dicter la façon dont on agit.

Mais une étude suédoise a démontré que l’inverse est également vrai: notre subconscient analyse nos comportements et en tire ses conclusions pour déterminer ce que l’on est. Notre perception de nous-mêmes est ainsi grandement influencée par notre comportement.

En d’autres mots, si on agit d’une certaine façon à répétition, par exemple si on agit comme une personne pleine d’assurance, notre subconscient va finir par croire que c’est parce qu’on est une personne qui a confiance en elle. Dans certains cas, l’expression “fake it until you make it” (fais semblant jusqu’à ce que tu y parviennes vraiment) est donc un très bon conseil!

Toutefois, une habitude prend un certain temps avant d’être intégrée à notre rythme de vie. Il ne faut donc pas essayer de tout changer d’un seul coup. Le mieux serait de choisir une habitude qui peut avoir un impact positif sur l’image qu’on a de soi-même et de nos compétences et de l’intégrer à son quotidien. Des trucs simples comme adopter une bonne posture, ne pas fuir les contacts visuels, parler lentement et clairement sont autant de façons de démontrer à notre subconscient qu’on a confiance en soi.

6-Morcelle les objectifs intimidants

Si je te demandais de construire une maison de tes propres mains, probablement que tu n’aurais pas la confiance en toi nécessaire pour me répondre sans hésitation “bien sûr, pas de problème!”.

Mais si je te demandais de mesurer la longueur d’une poutre, ou bien de couper une planche de bois, ou encore de clouer un 2X4, tu serais sûrement beaucoup moins intimidé et aurais davantage confiance que tu peux parvenir à accomplir ces tâches.

Tout ça pour dire que quand on se retrouve devant une tâche monumentale, c’est très normal de manquer de confiance en soi et d’être découragé.

Pour cheminer avec plus d’assurance, on peut fragmenter nos tâches en plus petits morceaux, ce qui nous permet de mieux planifier le travail à faire pour les réaliser et ne pas se sentir submergé.

Demande-toi toujours quelles sont les trois tâches les plus pertinentes et importantes que tu peux réaliser dès maintenant pour te rapprocher de ton objectif final, et concentre-toi sur celles-ci.

En résumé

Un bon niveau de confiance en soi est indispensable pour atteindre son plein potentiel et oser s’embarquer dans des projets ambitieux qui nous mettent au défi.

Malgré tout, même une fois acquise, notre confiance peut toujours être mise à l’épreuve. Il ne faut pas la considérer comme un trait de caractère immuable, mais comme une aptitude qu’on peut apprendre et perfectionner. Il faut donc prendre soin de la développer et de l’entretenir au quotidien.

Pour ce faire, il faut d’abord changer sa façon de voir l’une des principales causes du manque de confiance en soi: la peur de l’échec. Pour désamorcer cette peur, on doit cesser de considérer l’échec comme une finalité négative et le voir plutôt comme une transition qui a également le potentiel d’être utile.

Ensuite, l’une des façons les plus efficaces de cultiver la confiance en soi est de s’assurer d’avoir les connaissances nécessaires pour être à l’aise dans son travail et limiter les risques d’être pris au dépourvu. Pour cela, il faut faire ses devoirs et continuer d’apprendre et se perfectionner continuellement.

Puis, on peut également tenir un journal de succès où on consigne nos fiertés et chacun de nos bons coups. De cette façon, on peut s’y référer dans les jours où on se met à douter de soi-même et où on a besoin de se faire rassurer.

On doit également apprendre à ne pas accorder trop d’importance à l’opinion et aux commentaires négatifs de notre entourage. L’innovation, les nouvelles idées qui nécessitent de briser un moule bien établi font souvent face à une forte opposition. Il faut réaliser que ce n’est pas une raison suffisante pour perdre confiance et se fier plutôt aux faits pour valider nos idées.

On peut également manipuler notre subconscient et lui faire croire qu’on est une personne qui a confiance en elle en développant l’habitude d’agir en conséquence. Puisque nos comportements sont fortement influencés par notre perception de nous-mêmes, et que notre perception de nous-mêmes est influencée par nos comportements, il s’agit d’une boucle psychologique dont on peut tirer avantage.

Finalement, afin de ne pas perdre confiance face à l’ampleur d’une tâche, on peut morceler nos objectifs en plusieurs petites tâches moins intimidantes. Cela nous permet de ne pas nous sentir submergés et nous donne un meilleur contrôle sur notre avancement.

Pour terminer, j’ajouterais également que personne n’a ton vécu, ta personnalité et ton expérience. Ton cheminement et tes prédispositions font de toi une personne complètement unique. Jamais il n’y a eu une personne identique à toi dans l’histoire de l’humanité, et il n’y aura jamais personne exactement comme toi dans le futur.  

Alors, ne laisse jamais ta confiance en toi être influencée par une comparaison avec quelqu’un d’autre. Si tu tiens absolument à te comparer, compare-toi à la personne que tu étais hier!